Alpes Dauphiné randonnée

Accueil

Plan du site
  Voyages à VTT
   
  VTT Montagne
   
  VTT Descente Bk.Park
   
  Randonnées trek
   
 

Rando. découvertes

   
  Classes découvertes
   
  Rando. raquettes
   
 

Nordic Walking

 
  Alpinisme
   
  Escalade
   
  Evénementiel
   
   
   
   
   
 
   
  Rando patrimoine historique
   
  les Mottes castrales
   
  les anciens métiers
   
  Les Clostiers de la Matheysine
   
  Le métier de mineur
   
  Les sources d'eau chaude et station thermale
   
   
   
   
   
   
   
   
 
   
 
   
   
   
   
  Qui sommes nous
  Je Réserve !
 
 
 
 
                       Château oublié 
                            Par Jean Yves COUTURIER
  

Descriptions : 

Le Château de la Motte en Matheysine jadis tant convoité  a  inspiré des légendes et  romans. Les montagnes verdoyantes,  les profondes gorges  du Drac et les sources d'eau chaudes, constituaient les ingrédients littéraires des poètes et romanciers. Cette puissance bâtisse se trouve sur une motte constituée sur une petite arrête de calcaire (lias) et de poudingue vestige d'ancien glaciers. Situé à 30km au sud de la ville de Grenoble à proximité des gorges du Drac, c'est le plus important monument de la région après de château de Vizille. En 10 ans cinq propriétaires se sont succédés. Actuellement il est dans un état de délabrement.  Ce patrimoine riche par son histoire ,par son site archéologique où tout reste à découvrir.  Du fond du moyen Âge (an 1000) à la révolution française de 1789, les grandes Familles du Dauphiné se sont succédées dans ce manoir. Les Dauphins, les Aynard, les De Morges et les Venterol. 

Cette ancienne motte castrale a traversé les âges , grâce à son environnement et surtout par les sources d'eau chaude avec lesquelles son histoire  est étroitement liée 

Son appelation changea à plusieurs reprises aux cours des siècles; au Moyen-âge, il se  nomme;  Château de la Motte, à la renaissance; château de la Motte   Verdeyère  et au 19 siècle   château de la Motte les Bains  

Dans l ‘antiquité le vallon de la Motte était connu des romains, ils établirent une voie de communication qui descendait dans les gorges du Drac  aux sources d’eau chaude au fond, ce chemin enjambait le Drac pour rejoindre Avignonet. Ils aménagèrent prés du Drac le long des  parois  du canyon  une petite station thermale équipée d'aqueducs et de piscine .Aussi, ils exploitaient au lieu dit le Pérailler situé au pied de la Motte une mine de cuivre et d’or. 

Cette Motte dominant l’accès aux gorges du Drac fut probablement investie à cette époque.                                                                                               Plus tard en 1080 Saint Hugues évêque de Grenoble mentionne « la chapelle du château ».  A cette époque les fortifications se résumaient d’un donjon et d’une enceinte qui abritait une chapelle au Sud Ouest du bâtiment. En l’an 1108 un Guigues est seigneur de la Motte. Une légende parle d’Amaury seigneur de la Motte suite à l’appel de Philippe Auguste, il partit en croisade en 1190 avec Hugues de bourgogne Dauphin, rejoint par la plupart des seigneurs du Dauphiné. On trouvait dans ces illustres familles, Pierre et son fils André Aleman, Les Aynard... Beaucoup  périrent  lors du siège   de Saint Jean d'Acre en Palestine.

Ce château de la Motte est devenu propriété de Guignes, le Jeune Dauphin de Bourgogne peut-être par l'application du droit de mainmorte,( pratique courante à cette époque) .

 

Guigues VII surnommé "Le Jeune", il appartenait à la 2éme race des Dauphins issus de Bourgogne (mort en 1270). Il possédait en 1261 le château de la Motte et la moitié de son mandement avec les seigneurs Aleman de Champs et les seigneurs de St Georges. Dans les châtellenies visitées par les enquêteurs delphinaux (entre 1250 et 1270) le château de la Motte est aussi mentionné.

En 1286 Pierre Aynard  cède le château de Savel en échange de celui de la Motte en hommage lige avec le Dauphin Humbert I et. Pierre Aynard fonda la branche de la Motte qui dura jusqu'à Gillette Aynard (+1360) . Elle se marie en 1337 avec Guigues de Morges.

Un autre recensement ordonné par le Dauphin sur tous domaines et châteaux du Dauphiné en hommage lige à permis de retrouver dans un manuscrit de1339 une description précise de château de l’époque.

Les sources d’eau chaude des gorges du Drac.                                       Les romains connaissaient les sources ocreuses dans les gorges du Drac , de Savel et de la Motte où notamment, ils construisirent deux petits aqueducs L' un apportait l'eau chaude des sources et l'autre prenait l'eau du Drac afin d'obtenir dans la piscine une température agréable.                                                        Un premier mur de pierres, surélevé de deux tuyaux formés de tuiles creuses disposées l’une sur l’autre  Le second mur épais et solide était constitué de béton de chaux de gravier et de briques rouges. Sur le haut, était façonnée une canalisation plus importante recouverte de grandes lauses schisteuses noires. Cette antique station  thermale  possédait deux résurgences nommé plus tard, la Source de la Dame et la Source du puits. De sources jaillissaient des eaux dont les températures respectives étaient de 62° et 58°  Bromo- chlorurée dodique, elle était réputé efficace contre la scrofule.                                                      Une vieille légende du 13 siècle raconte, un chevalier revenant de terre sainte, ayant été guéri par les eaux minérales , aurait fait édifier une chapelle fondée en l’honneur de la Vierge qui s’appelait Notre Dame de la Délivrance. Une autre légende raconte l'origine de la source de la Dame.     Au 15 siècle l’eau était remontée à dos de mulet à l’établissement thermal cette fois installé au Pérailler, là dans les baignoires , on plaçait les malades pour recevoir l’eau apportée par les muletier. Les plus fortunés qui voulaient guérir étaient logés à la Bayardière chez un riche propriétaire, qui leurs procurait la baignoire, des mulets et de l’eau.    

Les seigneurs de la Motte en Dauphiné (Extrait de la Branches des Seigneurs de la Motte - JYC)

Issue de la généalogie détaillée  des Dauphins  (JYC )                      >>>> Guigues VII           Dauphin de Bourgogne

Humbert I              Dauphin de la Tour
Pierre Aynard (± 1293)
Raymond Aynard (± 1310)
Pierre Aynard (Perronet)  (± 1329)
Gillette Aynard (±1360) se marie avec Guigues de Morges en 2éme noce
Pierre de Morges  (mort sans postérité)>> Guigues de Morges (Vivant en 1413)
Charles de Morges
  Guichard de Morges (±1478 sanspostérité)
Tige des Chatellard Jean de Morges (±1479) > André de Morges (se marie après 1489 avec Anne de Monteynard)
Guigues de Morges (vivant en 1554)
Gabriel de Morges (±1601)
Bertrand de Morges (± 1635)
Louise de Morges >                    ( vivant 1635 mariée à Jean Urre Siegneur  Venterol Marguerite de Morges (endettée elle cède le domaine et titre à François de Philibert en 1649)
De Philibert (Famille anoblit en 1592 par Lesdiguières) François de Philibert Seigneur Venterol
Jean se Philibert   Seigneur  Venterol
François de Philibert Seigneur Venterol.            (Il s'enfuit peu de temps aprés le début de la révolution en 1789)
BIBLIOGRAPHIE               Ces essais historiques sont issus d'un  document qui est le fruit d'un  long travail  de recoupages d' informations sur le terrain et des sources provenant des Archives , la  bibliothèque municipale de Grenoble,  et grâce à l'ouvrages de l'Abbé Dussert  (JYC.) Pour en savoir plus, nous vous proposons des randonnées thématiques sur site. Inscription Bureau des guides et des Accompagnateurs en montagne de la Mure

Tél 06.60.88.12.67

 

Situation : 
 En Matheysine entre les Ecrins et le Vercors

Château de la Motte
en 2001

De vair, au chef de gueule, chargé d'un lion issant d'or  (JYC)

Blason des Aynards, Seigneur de la Motte, de Domène, de Theys, de Gières...

 

Guigues VII

1830

© Copyright ALPES DAUPHINE RANDONNEE 2013. All rights reserved.